Vivre avec zéro déchet, c’est possible !
197
post-template-default,single,single-post,postid-197,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-11.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive

Vivre avec zéro déchet, c’est possible !

Zéro Déchet

Vivre avec zéro déchet, c’est possible !

Zéro déchet, plus qu’une idéologie

Béa Johnson - Zéro déchet

Béa Johnson – Zéro déchet

En Californie, Bea Johnson et sa famille vivent une vie zéro déchet depuis 2008.

Sa devise : « refuser ce dont on n’a pas besoin ; réduire ce dont on a besoin ; réutiliser ce qu’on consomme ; recycler ce qu’on ne peut pas refuser, réduire ou réutiliser ; composter le reste ».

Tout en maintenant leur style de vie, ils ont ainsi réduit leurs dépenses annuelles de 40%, et n’ont « jamais été en aussi bonne santé ». Elle a même publié un livre sur cette démarche : cuisine, beauté, ménage, santé, jardinage – des centaines de trucs faciles pour une vie plus respectueuse de l’environnement au quotidien.

Un an sans déchets en chiffres

Famille Zéro Déchet

En France, une autre famille s’est lancée dans l’aventure et en a fait un blog. Tri des recyclables (verre, papier, carton, Tétrapak, bouteilles plastiques, aluminium), compostage, mais aussi don, revente, déchetterie : tout cela permet d’alléger la poubelle et de faire des économies.

Un an après, le résultat est frappant. « L’ensemble de nos déchets non recyclables totalisent 35 kg – à comparer aux 390 kg moyens par français, soit un peu moins d’un dixième, 91% de réduction… » Pour la nourriture, la clé est de se fournir localement, si possible en vrac (20 à 40% moins cher) avec des contenants réutilisables, de préférer les produits bio et de saison, et de faire soi-même le maximum de choses.

 

 

 

Un restaurant zéro déchet au Royaume-Uni

À Brighton, le café-restaurant-boulangerie-brasserie Silo revendique le zero waste. « La production de déchets a été éliminée en traitant directement avec les producteurs, en utilisant des contenants réutilisables pour les livraisons, et des ingrédients locaux qui ne produisent eux-mêmes aucun déchet. » À noter, les jus maison à base de fruits et légumes frais « interceptés » (sauvés de la poubelle), particulièrement créatifs… et savoureux !

Toute la vaisselle est réutilisable ou compostable – même les pailles. Le restaurant intègre aussi un composteur XL ultra-rapide, qui se charge de broyer tout ce qui peut l’être. Soit les fermiers locaux le récupèrent pour produire à destination du restaurant (et la boucle est bouclée), soit les voisins et clients se servent eux-mêmes !

Un acte militant

Pour calculer le véritable coût d’un produit, il faut additionner le prix produit lui-même, mais aussi l’emballage, le marketing, l’éco-participation, la TVA, une partie de la taxe foncière, la TGAP (taxe ordures ménagères)… Au final, la gestion des déchets pèse plus de 14 milliards d’euros par an, payés… par les consommateurs. L’industrie, elle, contribue royalement : 600 millions d’euros via la taxe écoemballages…

Au-delà de la qualité de vie, la démarche zéro déchet devient un acte militant, une tendance de fond : ces 14 milliards pourraient servir bien d’autres causes que le traitement des déchets…

David MARTIN